La deuxième vie des mégots

Bonne nouvelle!/ janvier 8, 2018/ Découvertes, Innovation/ 1 comments

Un groupe de chercheurs mexicains a trouvé le moyen de rendre soutenable le recyclage des mégots de cigarettes. Leur projet, nommé « Smoke Life », se base sur la collecte de mégots pour les convertir en produits utiles qui évitent la pollution de l’environnement, selon l’Université de la Vallée de Mexico (UVM)

De nombreux produits du quotidien à base de mégots de cigarettes !

Le business plan imaginé par Alejandro Martínez, lauréat du prix UVM pour le Développement Social 2017, consiste à élaborer à partir des résidus de cigarettes des articles de grande qualité, comme par exemple des revêtements anticorrosifs, de la pâte à papiers pour les cahiers, des isolants thermiques et acoustiques, des briques, et même des semelles de chaussures.

Des semelles de baskets à base de mégots recyclés

Chaque année, des milliards de mégots finissent dans la nature, alors qu’il n’existe pas encore de traitement efficace pour réduire l’impact généré par ces derniers. Et cela bien que chacun d’entre eux est pourtant capable de polluer jusqu’à 50 litres d’eau.

Un procédé biotechnologique pour une seconde vie

L’un des membres de l’équipe, le biologiste Leopoldo Benítez, a développé des produits grâce à un procédé biotechnologique qu’il a lui-même créé. Il permet de faire des manipulations sur l’acétate de cellulose, autrement dit le coton qui compose les filtres des cigarettes.

Il assure que tous les produits n’ont aucune odeur de tabac et ne posent aucun risque de pour la santé, ce qui rend leur utilisation très fiable.

Recyclage de mégots de cigarettes

L’élaboration de l’anticorrosif prend environ une heure, entre l’arrivée des mégots et le processus de transformation.

Pour les autres produits, Leopoldo Benítez signale qu’il faut plus de temps car les filtres de cigarettes sont soumis à un processus biochimique qui les dégradent petit à petit : leur temps de création est cette fois d’environ 3 jours.

Des points de récolte près des zones de bars et discothèques

L’entreprise base son modèle sur la collecte massive des mégots trouvés à l’air libre et sur la disposition de conteneurs près de bars et discothèques à succès afin que les gens les y déposent. Ainsi, les récoltes varient de 1.500 à 3.000 mégots par semaine et par bar en fonction du lieu.

Ensuite ils sont entreposés dans des bidons d’eau vides, après s’être assuré qu’ils ne se mélangent pas avec d’autres types de déchets qui pourraient porter préjudice au procédé.

Les mégots, une matière première presque illimitée

A titre informatif, rien qu’au Mexique, 41 % des filtres terminent dans des décharges, et les 59 % restants (29,5 milliards de mégots !) finissent par polluer des écosystèmes vitaux pour la santé.

Lorsque l’on que 4.000 milliards de cigarettes partent en fumée chaque année, on peut imaginer l’incroyable potentiel de cette innovation et souhaiter un franc succès à « Smoke Life » afin de donner l’exemple à d’autres pays.

 

Une autre bonne nouvelle ? Du nouveau contre Alzheimer

1 Comment

  1. Pingback: Google reparle de ses écouteurs sans fil, les Pixel Buds. Une révolution ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.